jeudi 26 août 2010

Pour tous Tes dons

J'ai trouvé ce texte sur Facebook. Et quand j'ai fini de le lire, je me suis rendue compte à quel point l'on peut (je peux) devenir centré sur moi-même et égoïste.

Alors Seigneur, pour toutes les fois où je me suis plainte pour ces "épreuves" qui ne sont tellement rien à côté de celles d'autres personnes, pardon.

Et merci Seigneur, pour la vie que Tu me donnes, en abondance, et tellement riche de tellement de grâces.


Une fille aveugle se détestait tellement parce qu'elle était aveugle.

Elle haïssait tout le monde sauf son ami, un garçon.

Il était toujours là pour elle.


Un jour, elle lui dit: « Si seulement je pouvais voir le monde, je me marierai avec toi. »


Un jour, quelqu'un lui a fait don de ses cornées, un donneur anonyme.


Quand les bandages ont été enlevés, elle fût capable de tout voir et posa ses yeux sur son ami qui était à son chevet.


Il lui demanda: « Maintenant que tu peux voir le monde, te marieras-tu avec moi? »


La fille le regarda et elle vit qu'il était aveugle aussi.


La vue de ses paupières fermées la bouleversa.


Elle ne s'attendait pas à ça.


La pensée de le voir ainsi pour le reste de sa vie la mena à refuser de l'épouser.


Son ami la quitta en pleurs et quelques jours plus tard lui écrivit une note qui disait :


« Prends bien soin de tes yeux, ma chérie, car avant qu'ils deviennent les tiens, ils étaient les miens. »

Voici comment le cerveau humain fonctionne souvent quand notre état change. Seulement très peu de personnes se rappellent ce qu'était la vie avant, et qui était toujours à leurs côtés dans les situations les plus difficiles et douloureuses…


 
*La vie  est un Cadeau de Dieu*

Aujourd'hui avant de dire un mot cruel — rappelle-toi de celui ou celle qui ne peut pas parler.

Avant de te plaindre du goût de la nourriture — pensez à celui ou celle qui n'a rien à manger.

Avant de te plaindre de ton mari ou de ta femme — pense à celui ou celle qui implore Dieu pour un compagnon ou compagne.

Et quand tu es fatigué (e) et tu te plains de ton travail — pense à celui ou celle qui n'a pas d'emploi, la personne handicapée et ceux et celles qui aimeraient avoir un travail.

Et quand les pensées déprimantes semblent t'abattre — mets un sourire sur ton visage et pense que : tu es en vie et tu es encore là.

Aucun commentaire: