mardi 3 novembre 2009

Petit vieux, petite vieille

La maltraitance contre les personnes âgées prend de l'ampleur

Article publié le 24 Octobre 2009
Par Jacques Soubeyrand
Source : LE MONDE


"Une violence qui n'est pas seulement physique mais aussi financière. Il est une actualité qui fait débat : celle des prisons. A l'inadaptation et à la vétusté des locaux, à la surpopulation carcérale, à l'augmentation des suicides, au malaise de l'administration pénitentiaire, on peut ajouter la situation de ces vieux prisonniers qui ont purgé leur peine et qui restent en prison, car on ne sait où les mettre. Il y en aurait environ 500 pour lesquels la prison sert de maison de retraite, d'Etablissement d'hébergement pour prisonniers âgés dépendants (EHPAD). De maltraitants à une époque de leur vie, ils sont devenus maltraités, alimentant un peu plus le champ déjà bien rempli de la maltraitance. "


Il y a quelque chose de particulier dans le regard d'un ptit vieux. Et quand l'autre jour à la gare du Nord j'ai vu cette affiche sur la solitude grandissante des personnes âgées qui finissent de plus en plus souvent leur vie seules, je me suis dit qu'il serait bien d'écrire un article sur ce sujet.

Dieu aime les personnes âgées, qui sont fragiles et vulnérables,quel que soit leur passé. Même les anciens prisonniers, quoi qu'ils aient pu faire, sont aimés de Dieu qui peut et veut leur pardonner. Et ça m'a secouée de voir ces personnes qui après une vie désaxée se retrouvent dans leur vieillesse abandonnées de tous. Mais il n'y a pas qu'eux. La majorité de personnes âgées souffrent de la solitude, parfois même de l'abandon.

Pourtant, en prenant soin d'une personne âgée, on honore Dieu, on fait du bien à quelqu'un qui a plus que jamais besoin d'amitié et d'attention, on montre que le pardon et l'amour sont réels et existent encore.

Alors que faire? Tu as forcément un ptit vieux ou une petite vieille dans ta famille, dans ton immeuble, dans tes connaissances. Un coup de téléphone, une assiette chaude, un bonjour amical, et si ça se trouve, tu lui changes sa journée.

Et comme il y a parfois des vieux problèmes de famille pas réglés qui peuvent t'empêcher de décrocher ton téléphone, parle avec ton cœur.

Ton cœur: "Il ne se souvient même pas de moi."
Toi: "C'est faux. Tous les jours il pense à moi."

Ton cœur: "Il n'a pas digéré cette vieille histoire et moi non plus. Ça fait des années maintenant. C'est fini."
Toi:"Quel que soit son passé on peut toujours pardonner. On doit toujours pardonner."

Ton cœur: " Il vaut mieux le laisser tranquille."
Toi: " Il se meure d'ennui tout seul."

Ton cœur: "Je ne le connais pas assez pour lui rendre visite ou l'appeler. "
Toi: " Tu seras peut-être son seul coup de téléphone de la semaine."

Dieu: "Tu honoreras la personne du vieillard." (Lv 19, 32)

Que Dieu te bénisse.

Sources:










Aucun commentaire: